Zoom sur la ligne d'échappement d’une voiture



Le choix d’un échappement s’opère selon le type du véhicule, la marque et l’année. La puissance du moteur compte aussi comme critère puisque le rôle primordial d’un pot d’échappement sert à évacuer les gaz générés par la combustion. La question de compatibilité reste également fondamentale puisque la longévité du moteur en dépend fortement. À noter que certains types de pots d’échappement ne le sont qu’avec des moteurs de marque originale. Le rôle d’une ligne d’échappement de véhicules ne se borne plus aujourd’hui à réduire la nuisance sonore d’émissions de gaz issus du moteur, mais contribue aussi à limiter l’émission d’éléments polluants.


Choisir sa ligne d’échappement selon le type de moteur

S’il y a quelques années on avait l’habitude de n’avoir affaire qu’à une seule ligne d’échappement, les nouvelles générations de voitures, beaucoup plus performantes, en disposent deux. C’est fréquemment le cas concernant les voitures pourvues de moteur V6. Ce type de moteur nécessite en effet une double tubulure d’échappement pour fonctionner. Le moteur étant lui-même divisé en deux grandes parties (2 de 3 cylindres de chaque). Pour ce qui est du moteur en ligne, qu’il soit établi de façon transversale ou longitudinale vous permet d’installer facilement un échappement unique.


Une ligne d’échappement est essentiellement constituée:

  • D’un silencieux: composant essentiel de l’échappement, il permet de réduire la nuisance de bruits provoquée par les gaz sortants du moteur.
  • D’un pot de détente: revêtant à peu près la même forme de celle d’un silencieux, il sert à diminuer la vitesse et la pression de l’échappement avant l’arrivée du gaz en bout de ligne.
  • D’un filtre à particules (FAP): souvent composé d’une matière absorbante et poreuse en carbure de silicium, le filtre à particules permet de filtrer jusqu’à 95 % de gaz polluants. Les filtres à particules sont généralement logés au même emplacement que le catalyseur bien qu’il est également possible que les deux éléments soient séparés (le catalyseur placé en amont dans ce cas).
  • D’un SCR (Selective Catalytic Reduction): ce catalyseur de nouvelle génération nécessite d’additif (émis par injecteur qu’on place sous la ligne d’échappement) et un réapprovisionnement régulier.
  • D’un catalyseur: installé obligatoirement sur tous les véhicules à essence depuis 1993 et sur les voitures à diesel depuis 1999, le catalyseur a pour rôle de convertir les gaz nocifs (monoxyde de carbone, hydrocarbures, oxydes d’azote, oxyde de soufre et de plomb) en substances non polluantes (eau, gaz carbonique, azote). Au plus près du collecteur d’échappement est aussi placé un second catalyseur nommé précatalyseur, notamment dans les zones où la température des gaz est la plus élevée.
  • D’un flexible: il permet surtout d’assouplir la jointure collectrice / ligne d’échappement et diminuer les risques de fissures.
  • D’un collecteur: situé à la sortie des cylindres, le collecteur d’échappement possède autant de conduits que de cylindres ; ils se rejoignent tous sur le conduit central.
  • D’une sonde lambda: elle permet d’effectuer le mesurage en temps réel des éléments constitutifs des gaz d’échappement. elle permet d’équilibrer le dosage du mélange air/carburant par le calculateur (assurant lui-même le contrôle de l’injection).
  • D’une sonde de température de FAP : elles sont de deux sortes ; l’une est placée à l’entrée du filtre à particules tandis que l’autre est placée à la sortie. Elle sert à fournir des indications au calculateur qui gère l’injection tout en régénérant le FAP.
  • D’une sonde de pression: elle sert principalement à mesurer la pression dans l’échappement. La sonde de pression fournit des informations au calculateur pour permettre de savoir éventuellement si le FAP est bouché (par exemple).

La plupart des pots d’échappement qui équipent les voitures à moteur diesel sont désormais pourvus d’un catalyseur et d’un filtre à particules. Le SCR commence à faire son apparition en France et en Europe, mais est adopté depuis des années aux États-Unis. Le montage d’une ligne d’échappement pour les véhicules pourvus de moteur à essence, quant à lui, est beaucoup plus simple. La grande différence entre voiture à essence et voiture diesel en matière d’échappement réside dans le filtre à particules et le SCR, tous deux jusqu’à présent réservés aux véhicules diesel.


L’essentiel à connaître à propos des filtres et de catalyseurs


Une voiture équipée d’un moteur à essence n’est généralement pourvue que d’un seul catalyseur bien que cela tend désormais à changer (il en est de même pour les voitures diesel de la génération précédente). Effectivement, pour le cas des moteurs essence à injection directe, ceux-ci produisent une combustion de qualité moindre par rapport aux indirectes. Ce qui entraîne plus de particules en issue d’échappement. Les filtres pour échappement de moteurs à essence tendent désormais à se généraliser.

Les voitures diesel apparues à partir de 2000 intègrent un FAP dans leur pot d’échappement que ce soit à oxydation ou avec additif. Les filtres à particules des PSA de nouvelle génération sont équipés désormais d’un SCR qu’on peut appeler catalyseur de Nox dans le langage courant.

  • Rôles du catalyseur et du SCR: ils servent à transformer les gaz nocifs en substances non polluantes. Pour fonctionner, le SCR a toutefois besoin d’un additif AdBlue. Le SCR est apparu récemment, son usage est beaucoup plus répandu en Amérique du Nord.
  • L’utilité du FAP: comme son appellation l’indique, son rôle principal consiste à agglomérer les particules. Chauffés à haute température, ces derniers sont consumés avant d’être évacués.
  • Les fonctions d’une vanne EGR: elle permet d’effectuer le renvoi des gaz d’échappement dans les chambres de combustion pour limiter les émissions de Nox.

À quoi sert un silencieux?

Il permet de réduire la nuisance sonore provoquée par l’émission des gaz d’échappement. Le silencieux d’échappement s’apparente à une sorte de chambre pénétrée par un tube perforé et enveloppé dans une laine de roche assurant le rôle d’isolant sonore. Il existe trois grandes sortes de silencieux :

  • Le silencieux arrière: situé juste au bout de la ligne, c’est le type de silencieux le plus répandu.
  • Le silencieux central: également appelé silencieux intermédiaire, celui-ci est présent sur certaines petites voitures citadines.
  • Le silencieux avant: celui-ci a presque disparu du marché, car remplacé par le catalyseur.

À quoi sert un silencieux?

Remplacer son silencieux d’échappement est indispensable non seulement pour réduire la nuisance sonore en provenance du pot mais aussi pour éviter la surconsommation de carburant.

Un silencieux d’échappement nécessite d’être remplacé lorsqu’il aura atteint une moyenne de 80 000 km et à condition qu’elle n’ait été pas restée longtemps immobile ou utilisée fréquemment sur des courtes durées. En effet, l’immobilisation prolongée et l’utilisation fréquente à courte durée d’une voiture provoquent une accumulation d’humidité et entraînent la détérioration du silencieux d’échappement sous l’effet de la corrosion.

Pour détecter la présence d’une éventuelle défectuosité au niveau de votre silencieux d’échappement, vérifiez en cas:

  • De bruits de claquement métallique dans le plancher. Cela révèle que les chicanes se disjoignent et se secouent dans l’échappement.
  • De consommation légèrement anormale que d’habitude.
  • D’émission de mauvais bruit à l’accélération.

Comment le diagnostiquer?

  • Remuez légèrement la ligne pour vous assurer qu’elle soit bien stable et donc maintenue correctement par ses caoutchoucs de fixation.
  • Vérifiez également si les caoutchoucs et craquelures sont en parfait état.
  • Observez le silencieux pour identifier la présence de rouilles ou d’éventuelles perforations.
  • Tapotez légèrement sur la coque pour vérifier si celui-ci n’émet pas un bruit de sable. Si c’est le cas, cela signifie que la laine de roche est forcément altérée.

Conseils pour bien entretenir sa ligne d’échappement

Pour entretenir la longévité de votre ligne d’échappement, il vous faudra vérifier périodiquement la présence d’éventuelles corrosions pour prévenir sa perforation. Dès la manifestation du moindre signe d’oxydation, servez-vous de produits antirouille. Il faudra surtout rester attentif à cela si vous vivez en bord de mer.

De par sa conception en métal ou bien en céramique, troué par de petits canaux et souvent recouvert d’une poudre de métaux précieux, le catalyseur ne nécessite pas d’entretien particulier. Sa longévité dépendra uniquement de la façon dont vous entretenez le moteur.

Quant à la sonde lambda, il vous faudra opérer son changement à chaque fois qu’il vous sera nécessaire de changer de catalytique. Pour le cas du filtre à particules, injectez-le régulièrement avec de la sérine.

Quant à votre silencieux arrière, procédez régulièrement à son contrôle. Une simple inspection visuelle suffit à détecter la présence d’éventuelles petites taches de rouille et de les traiter aussitôt.


Les différents points à prendre en compte pour en garantir le bon fonctionnement

Inutile d’utiliser un indicateur lumineux pour vous alerter que votre ligne d’échappement dysfonctionne. Fiez-vous plutôt à certains indices comme la surconsommation de carburant par exemple. Cela pourrait signifier que votre sonde lambda ne régule pas assez suffisamment le mélange essence/air. Le même indice pourrait aussi vous signaler le dysfonctionnement de filtres ou de bougies. Dans les deux cas, il vous est recommandé de faire appel à un mécanicien pour vérifier. De même, quand le moteur émet des bruits nuisant à l’oreille, il est fort probable que le silencieux arrière soit endommagé à l’instar de tout autre élément de votre ligne d’échappement. Dans la plupart de cas, il vous faudra simplement le colmater sans qu’aucun remplacement ne soit nécessaire.