Comment choisir son pot d'échappement moto?



Le pot d’échappement est un composant essentiel de votre véhicule à deux roues. Il est nécessaire de le remplacer pour réduire les nuisances sonores, mais surtout pour diminuer votre consommation de fuel en moto. Personnalisable à volonté, l’échappement est l’élément que les motards remplacent le plus souvent. Son choix est une opération à ne pas prendre à la légère, car impacte directement sur la longévité du moteur. Le blog vous livre les bonnes astuces pour vous guider dans ce choix.


L’essentiel à comprendre sur le pot d’échappement:

Le silencieux d’échappement, communément appelé pot d’échappement ou échappement (tout court) sert à évacuer correctement le gaz pour permettre à votre moteur de bien fonctionner. L’échappement est muni d’un collecteur qui relie les cylindres vers la sortie d’air. Certaines précautions doivent être prises avant de remplacer un échappement, car un mauvais remplacement risque d’endommager le moteur. La carburation étant directement liée à l’échappement. Il convient pour cela de connaître les différents composants d’un pot d’échappement:


  • Le collecteur: il regroupe les cylindres vers un ou deux pots de sortie.
  • La valve d’échappement: incorporée dans le collecteur, la valve d’échappement assure le passage du gaz. En position fermée, elle joue le rôle de contre-presseur et est indispensable aux bas régimes et faibles charges. Elle minimise efficacement les pertes par "courcircuitage". Quand elle bascule en position ouverte, elle permet de libérer toute la puissance de votre bolide à deux roues.
  • Les équipements réducteurs d’émission CO2:
    • Le catalyseur: le catalyseur parachève la combustion de gaz pour en réduire la quantité d’émission.
    • Les sondes: elles servent à déceler le taux d’oxygène dans le pot et permettent aussi d’ajuster le niveau de carburant en fonction.
  • La ligne d’échappement :

Elle est constituée d’un ou de plusieurs tuyaux. Ces tubes permettent de ralentir, de détendre et de refroidir le gaz ; le rendent moins bruyant et moins polluant.

Les lexiques indispensables à connaître:


  • Le bolt on: ce silencieux d’échappement est équipé d’une bride usinée raccordée directement aux collecteurs d’origine par le biais d’une vis.
  • Le slip on: ce type d’échappement est relié au collecteur grâce à un manchon.
  • Le DB killer: il s’agit d’un isolateur sonore souvent démontable.
  • La cartographie: elle regroupe l’ensemble des temps d’injection enregistrés dans le calculateur et déterminant la carburation.

Silencieux d’échappement : astuces et conseils pour bien choisir


Quel que soit votre type de véhicule à deux roues et de silencieux utilisé, il vous faudra remplacer le pot pour permettre le bon écoulement des gaz issus du moteur. Le bon choix d’échappement est gage d’une bonne performance et de longévité de votre bolide.

Le choix d’un silencieux court favorisera votre couple moteur. Pour booster la puissance à haut régime de votre moto, optez plutôt pour un silencieux long. Pour obtenir de meilleurs résultats côté réduction de la nuisance sonore, privilégiez les silencieux homologués.

Les matières à privilégier pour votre pot d’échappement moto

Il convient de choisir entre trois types de matériaux:

  • L’inox : apprécié pour sa qualité bien meilleure que celle de l’acier, l’inox est aussi très économique. Il est idéal pour obtenir une meilleure qualité sonore ou également pour le remplacement d’un silencieux endommagé.
  • Le titane : réputé pour sa légèreté (40 % moins pesant que l’acier), le titane est également un matériau qui perdure dans le temps. Attention, le titane à tendance à chauffer rapidement (les risques de brûlures sont présents si l’échappement sort sous la selle).
  • Le carbone : non seulement le carbone est léger, mais ne conduit pas non plus de chaleur (il n’y a aucun risque qu’on se brûle quand on pose la main dessus même juste après que la moto vient de s’arrêter). Le silencieux d’échappement en carbone optimise aussi la réduction de nuisance sonore. Son seul inconvénient : il n’offre qu’une courte durée de vie.

Plusieurs choix de modèle de pot d’échappement pour deux roues

Quel que soit le type d’échappement à remplacer pour votre moto, optez pour un silencieux qui respecte la norme européenne édictée dans le code de la route.

Avant de songer au remplacement d’un pot d’échappement, il vous faudra aussi vérifier au niveau de la fixation. Le pot d’échappement peut être soudé, emboîté ou collé tout simplement. L’enveloppe extérieure qui empêche le mauvais bruit de nuire à l’oreille est constituée d’une laine de roche ou d’une fibre de céramique.

  • La laine de roche : elle constitue la partie la plus onéreuse et la plus difficile à remplacer de votre pot d’échappement, mais en même temps garant de longévité et de performances de votre moto
  • Le silencieux central: également appelé silencieux intermédiaire, celui-ci est présent sur certaines petites voitures citadines.
  • La fibre de céramique : moins cher que la laine de roche, la fibre de céramique présente l’avantage d’offrir une durée de vie illimitée.

Pour réussir le montage du pot d’échappement de votre véhicule à deux roues, assurez-vous également que les joints, le tube d’adaptation et le silencieux soient inclus dans votre kit.


Comment personnaliser son pot d’échappement moto?

Bien au-delà de l’aspect esthétique et de la qualité d’émission sonore, la personnalisation reste aussi une question primordiale. Pour ce qui est du poids, il fait l’objet d’une amélioration tout à fait relative. Ainsi, pour des raisons de coûts et de durabilité forcément, de nombreux constructeurs vous proposeront des silencieux inox à chicanes. Pour optimiser le gain de poids, il vous faudra les remplacer par des modèles adaptables et à absorption. Selon la position, cela pourrait être plus ou moins sensible. Notons par exemple que sur un KTM ou une Buell, opérer un montage sous le moteur en position centrale en réduit l’influence. Positionné sous la selle en revanche, comme c’est souvent le cas sur une Yamaha R1 ou une Ducati en revanche, le placement en hauteur et écarté du centre de gravité accroît l’inertie de la moto en virage. Pour le cas d’une moto de compétition, il vous sera toujours recommandé l’usage d’une ligne complète. Si vous avez les moyens, il vous faudra carrément remplacer l’inox par du titane (comptez environ 2000 à 3000 € de budget pour ce faire). Si vous ne pouvez pas vous permettre d’investir de telles sommes, il vous reste comme solution les lignes adaptables en inox accessibles à partir de 1000 à 1500 €.


Qu’en est-il de la cartographie?


Le passage d’une ligne de série à une ligne de course rend souvent indispensable la modification de carburation. Le réglage s’opérait autrefois en changeant les gicleurs, désormais il s’effectue en adaptant la cartographie d’injection. Cela devient nécessaire dans la mesure où votre consommation d’essence grimpe au fur et à mesure que le débit d’air augmente dans le moteur. Il faudra pour ce faire que votre constructeur possède de la cartographie adaptée et que vous aussi disposiez du matériel adapté pour vous connecter au calculateur. Le passage en concession est généralement indispensable dans ce cas pour trouver la bonne solution d’échappement.

Le cas échéant, il vous reste comme alternative l’achat d’un boîtier reprogrammable pour modifier le temps d’injection sans opérer le moindre changement au niveau du calculateur de série. Ces boitiers sont souvent livrés avec des cartographies adaptées selon le modèle de moto et d’échappement.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi faire concevoir la vôtre sur un banc de puissance chez votre fabricant. Le nouveau paramétrage vous offrira un gain de puissance en intégrale tout en garantissant une bonne longévité à votre moteur sans risque de surchauffe accidentelle. Utilisez un filtre à particules plus adapté pour rendre votre bolide plus performant.

Montage de pot d’échappement deux roues : comment ça marche ?


Pas besoin d’être expert en mécanique pour réussir à monter ou à remplacer son propre silencieux d’échappement moto. Il convient seulement de respecter quelques bonnes pratiques :

  • Si vous montez une ligne, songez à remplacer les joints existants par des neufs au niveau de la culasse.
  • Dans toute opération de montage, veillez également à bien respecter les points d’ancrage d’origine et à ne pas brider l’échappement au risque de le fissurer à l’usage. Il vous faudra ainsi procéder en deux étapes : placez les vis de fixation en premier ; serrez-les en dernier, notamment quand tout a été mis en place. Ne laissez jamais un silencieux en porte à faux, sans ancrage. Cela risquerait d’endommager votre collecteur. Pour opérer le changement d’une ligne, assurez-vous du bon accès au filtre à huile et au bouchon de vidange. Faites adapter la cartographie avec une ligne de racing. Enfin, pour le cas d’un montage en position haute qui rallonge la ligne, votre bolide gagnera un peu de peps à mi-régime et perdra quelques chevaux en haut.

Où trouver le bon pot d’échappement?


Vous pouvez vous rendre auprès d’un équipementier pour trouver un pot d’échappement et bénéficier de ses conseils concernant la pose sur votre véhicule à deux roues. Vous pouvez aussi effectuer des comparatifs en ligne pour trouver l’accessoire qu’il vous faut. Chaque moteur réagit différemment en fonction du pot d’échappement qu’on l’équipe. Faites-vous assister par des pros pour le tester sur votre bolide et notamment pour avoir une idée de la qualité d’émission sonore.